Sports de nature

La météo des oiseaux, sensibilisation 2.0

 

Espaces naturels n°60 - octobre 2017

Accueil - Fréquentation

Kattalin Fortuné-Sans, PNR de la Narbonnaise en Méditerranée, k.fortune@pnrnm.fr

En 2016, le Parc naturel régional (PNR) de la Narbonnaise en Méditerranée a créé, avec un amateur de sports de glisse, un outil visant à informer les usagers du littoral, chaque semaine, de la sensibilité des sites de pratique, par rapport à la présence d’oiseaux menacés du littoral, afin que les pratiquants puissent eux-mêmes décider d’adapter leur activité.
Le dérangement des oiseaux dépend des lieux et varie d'une année sur l'autre. © PNRNM

Parfois, il suffit de trouver le bon outil pour que le message passe. Pour la météo des oiseaux, tout commence en fin de printemps 2015. Le contexte est relativement tendu car les acteurs de la glisse de la Narbonnaise redoutent la fermeture des accès motorisés à leurs spots de pratique. C’est à ce moment-là que Michael Gas, un pratiquant de windsurf blogueur, contacte Kattalin Fortuné- Sans au PNR de la Narbonnaise en Méditerranée, pour comprendre quels sont ces enjeux de nature si importants invoqués par les « écolos » sur les plages de la Narbonnaise. Elle lui explique les enjeux multiples : dunes, zones humides, et surtout… dérangement des oiseaux en période de nidification, certes pas partout, et variable d’une année à l’autre.

Les deux interlocuteurs se rendent vite compte qu’ils ont la même conviction : si les pratiquants de sports de nature étaient informés de l’impact qu’ils peuvent avoir sur ces espèces et des petites actions qu’ils peuvent faire pour le minimiser, ils feraient certainement eux-mêmes le choix d’adapter leur pratique. On décide rapidement de faire un test.

Ce printemps-là, une colonie mixte de Sternes naines et pierregarins s’est installée sur un îlot apparu en raison de niveaux d’eau bas dans l’une des lagunes côtières du parc. Or cet îlot est très proche de la zone de navigation balisée pour les kitesurfeurs et windsurfeurs. Kattalin prépare une carte avec des consignes simples (ne pas s’approcher, etc.) et Michael la publie sur la page Facebook de son groupe « Touche pas à ma mer » (lire ci-après). Les commentaires des pratiquants sont très positifs ; la communauté des riders confirme l’intérêt d’un réel outil d’information.

Pour l’anecdote, et s’il est très clair qu’il n’est pas scientifiquement sérieux de corréler ce test de sensibilisation avec les résultats de la reproduction, il y a eu près d’une trentaine de poussins à l’envol pour environ vingt-cinq couples nicheurs sur cet îlot cette année-là. Quoi qu'il en soit, le projet est lancé. Il est décidé de créer un outil à l’échelle du territoire du PNR de la Narbonnaise en Méditerranée, qui correspond à l’ensemble du littoral du département de l’Aude.

Pour cela, il faut :
les informations de localisation des colonies dès le début de la période de nidification ;
les informations de suivi car il est fréquent que des colonies se déplacent si elles ont été dérangées, prédatées ou inondées ;
la localisation des sites de pratique de sports de nature sur le littoral ;
des messages simples pour apprendre à reconnaître les espèces concernées, comprendre leur comportement en cas de dérangement et savoir quoi faire si c’est le cas.

Par contre, il n’est pas question de publier la localisation des colonies d’oiseaux. Il s’agit d’espèces protégées dont certaines particulièrement menacées. Une décision du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel (CSRPN) s'oppose d’ailleurs à la publication de ces informations. Le principe de la météo des oiseaux est donc simple : l’information concerne la localisation des sites de pratique sportive, dont on va indiquer le niveau de sensibilité en fonction de la présence, localement, de colonies d’oiseaux.

UNE MISE EN PLACE COORDONNÉE

Grâce au programme européen Life+ ENVOLL, qui vise la préservation de neuf espèces de laro-limicoles coloniaux (sternes, mouettes, petits goélands et avocettes) sur la façade méditerranéenne française, et dont le PNR de la Narbonnaise en Méditerranée est partenaire, le suivi des colonies est effectué de manière hebdomadaire par la LPO11 et Aude Nature, et coordonné régionalement par le Conservatoire d’espaces naturels du Languedoc-Roussillon. Le parc a aussi inventorié la totalité des sites de pratique sportive de son territoire.

De son côté, Michael Gas effectue le travail de traduction des messages technico-scientifiques du parc et de ses partenaires du Life+ ENVOLL, en publications courtes, simplifiées, et compréhensibles par tous. Chacun sa spécialité...

Printemps 2016, la page Facebook « météo des oiseaux » est créée. Elle a le mérite d'être un média adapté à la cible, mais aussi d'hériter de la notoriété de Michael Gas. Chaque semaine, une carte est publiée, sur laquelle les sites de pratique sportive sont localisés par un pictogramme qui change de couleur en fonction de la présence des oiseaux (interprétée à partir des résultats de suivis réalisés dans le cadre du Life+ ENVOLL). Un message et des recommandations accompagnent la carte, si bien que chaque personne est libre d’adapter son comportement. « Mon spot favori est en rouge en ce moment, je peux : être vigilant une fois sur place ou décider d’aller sur un autre spot, moins sensible ». Après seulement quelques mois d’existence, la page Facebook fédérait déjà plus de quatre cents followers avec certaines publications vues près de cinq-mille fois fois !

EN 2017, LA MÉDITERRANÉE

En 2017, la météo des oiseaux passe à une autre échelle. Forte de ce succès audois, l’association des Amis des Marais du Vigueirat (coordinateur du Life+ ENVOLL) propose d’étendre l’outil à l’ensemble du littoral des régions PACA et Occitanie. Ceci grâce au réseau d’observateurs sur l’ensemble de la façade et aux données récoltées tous les ans dans le cadre du Life+ ENVOLL.

Vu le nombre de sites de pratique sportive, de plages, mais aussi de colonies d’oiseaux, de partenaires impliqués dans les suivis…, plus question de procéder comme en 2016, par des échanges téléphoniques pour mettre la carte à jour manuellement spot par spot… Il faut automatiser ! Et justement, dans le cadre du Life+ ENVOLL, une base de données en ligne, consacrée aux laro-limicoles coloniaux, a été développée pour réunir l’ensemble des résultats des suivis de ces espèces sur l’ensemble de la façade. Le géomaticien du Cen Languedoc- Roussillon est à la manoeuvre… La cartographie en ligne est automatiquement mise à jour au fur et à mesure de la saisie des données par les observateurs.

La météo des oiseaux 2.0 est lancée dans le courant du mois de mai et bondit en quelques semaines à six-cents abonnés.

Pour aller plus loin, il faut encore beaucoup d'énergie pour pérenniser et faire connaître l'outil. Il faut aussi rester modeste, et garder à l'esprit qu'il ne concerne que neuf espèces, or le littoral connaît bien plus d'espèces sensibles au dérangement.