Données

La saisie Naturalist© dans la poche

 

Espaces naturels n°56 - octobre 2016

Méthodes - Techniques

Thierry Micol,

LPO

Alors que les applications naturalistes se multiplient, il est difficile de s'y retrouver. Point sur l'application choisie par la LPO pour ses inventaires : le grand nombre d'utilisateurs et sa compatibilité avec d'autres outils a fait la différence.
La saisie Naturalist© dans la poche

Suivi enthomologique RTE vallée de la Boutonne. © A. Orseau

Finis les carnets de terrain oubliés au fond des tiroirs sans profiter à personne. Naturalist© permet de remplir un double objectif :

1) servir le naturaliste sur le terrain qui va pouvoir classer ses observations et les partager instantanément ;
2) servir les gestionnaires en standardisant la collecte des données, que ce soit pour des données aléatoires ou issues de protocoles de collecte précis.

UNE CARTOGRAPHIE HORS-LIGNE

Le fond de carte conçu spécialement (grâce à une matrice de la Nasa et aux données issues du projet OpenStreetMap) est un atout majeur de Naturalist©. Cette couche a été calculée pour l’ensemble de l’Europe et pourrait à terme être étendue à l’ensemble du monde. L’expérience pour l’utilisateur est ainsi uniforme où qu’il soit sur Terre. C’est capital pour ceux qui voyagent, en particulier sans forfait de données mobiles, souvent coûteux à l’étranger. Par ailleurs, cela apporte aussi un confort d’utilisation dans les régions de montagne où la couverture réseau est lacunaire. Mais à cela s’ajoutent également deux effets secondaires : l’application consomme moins de courant et peut donc être utilisée une journée entière sans souci de batterie, elle est aussi plus rapide si elle ne doit pas toujours attendre d’avoir accès au réseau. Un accent tout particulier a été mis sur l’optimisation de la consommation électrique, par exemple en réduisant le nombre d’appels aux satellites en fonction de la vitesse de déplacement de l’utilisateur. C'est un point qui fait grandement la différence sur le terrain.

Les développeurs sont également des naturalistes confirmés, utilisateurs eux-mêmes de l’application. Régulièrement de petits aménagements sont donc réalisés pour rendre l’application plus efficiente encore. La très longue phase de développement (environ deux ans), avec plus de deux-cent-cinquante testeurs volontaires sur le terrain, a joué un rôle important dans la qualité de fonctionnement de l’application. Le développement continu après le lancement public est aussi un gage de succès, grâce aux mises à jour régulières qui permettent de répondre rapidement aux demandes issues du réseau européen en place. 

PROFITER DE L'EFFET RÉSEAU

L'application est liée à des sites web déjà existants, qui autorisent une visualisation et un partage (selon le souhait du contributeur) immédiats des données, également accessibles depuis l’application elle-même. Comme Naturalist© permet de saisir rapidement, le nombre de données s'étoffe de façon impressionnante. L'utilisateur peut profiter des modifications taxonomiques, des couches cartographiques et/ou des paramétrages locaux des autres utilisateurs.
Par exemple, si un nouveau taxon est découvert en Aquitaine, il est activé sur le site faune-aquitaine.org et le taxon devient disponible automatiquement dans l’application sans que l’utilisateur n’ait à faire quoi que ce soit.

NaturaList ne se limite ni à la France ni aux oiseaux, mais permet également la saisie et la consultation de données des autres groupes faunistiques comme les mammifères, amphibiens, reptiles, papillons, libellules, etc. Les données saisies avec Naturalist© sont automatiquement synchronisées avec les plateformes locales compatibles lorsqu’elles existent, à l’instar de faune-charente-maritime.org administrée par la LPO France. En ce milieu d’année 2016, plus de 23,9 % des données saisies dans VisioNature en France, l’ont été avec Naturalist (46,9 % en Charente-Maritime, qui arrive en deuxième position après la Nièvre qui bat tous les records avec 68 % ).

POUR DES NATURALISTES AVERTIS… OU EN DEVENIR

L'application s’adresse à des naturalistes avertis. Une personne qui souhaiterait que l’application l’aide dans ces identifications balbutiantes sera déçue. Par contre, ce qui peut être intéressant pour le néophyte aussi, c'est de profiter des observations des autres contributeurs. C’est ainsi un excellent moyen de découvrir notre environnement et encourager les naturalistes en herbe.

Lors de voyages naturalistes, il est aussi possible de participer à des projets tels que le nouvel Atlas des oiseaux nicheurs européens (EBBA2) dans des pays où les ornithologues sont peu nombreux. Retrouver ses données sur data.biolovision.net, permet de les exporter et les envoyer vers les associations locales naturalistes.

Enfin, l’évolution de cet outil permet maintenant de saisir des espèces le long d’un transect avec des fourchettes temporelles. Ainsi, en collaboration avec le MNHN, un module a été développé pour les points d’écoute STOC, un protocole très utilisé en France pour suivre les populations d’oiseaux communs en période de reproduction.